Retour à la liste des communes
Mairie de Vermand








HISTOIRE DE L´EGLISE DE VERMAND

Peu de documents anciens, nous parle de l´église de Vermand et de la première communauté chrétienne. La première petite église a-t-elle été construite sur la partie nord-est de l´oppidum gaulois à l´emplacement du temple païen des Romains ?

Au XII ème siècle, Rainer supérieur des chanoines a le projet de démolir l´église devenue trop petite pour en construire une nouvelle avec une belle structure. Des constructions annexes viennent compléter l´abbaye. En 1142, l´église est la proie des flammes : elle est détruite entièrement ainsi que les dépendances. En deux ans, les locaux sont rétablis à moindre frais. Une partie de ces constructions ont perduré jusqu´en 1917. L´église a été remaniée au XIII ème siècle par l´adjonction d´un bas-côté.

Malgré la construction d´une nouvelle abbaye, l´église continuait de servir à la vie paroissiale. En 1766, des réparations étaient nécessaires. Malgré les inquiétudes du chapitre de St Quentin et du Marquis de Caulaincourt, les travaux ne furent pas exécutés : la répartition de la prise en charge ne fut pas acceptée par les fermiers du chapitre de Vermand et les chapitres de Noyon, Péronne, Nesle, Ham et Roye selon les revenus de leurs rentes foncières. On ne connait pas la fin de cet épisode.

UNE NOUVELLE ABBAYE

Une nouvelle abbaye est construite dans le vallon et est inaugurée par le transfert des reliques le dimanche 18 novembre 1207. De ce nouvel édifice, il ne reste rien.  Un document nous relate que que \"cette abbaye N.-D. du Vermandois a été complètement démolie par les Espagnols en 1557. Différents travaux jusqu´en 1771 tentèrent de restaurer les lieux.

L´EGLISE AVANT 1917

Selon le livre de Jacques Coquelle : \"L´origine médiévale est attestée d´après le descriptif conservé aux Archives départementales. Le chœur, le soubassement du clocher et de la nef peuvent sans doute être datés du XII ème siècle; l´élévation de la nef, après confrontation des formes et de l´emploi de la brique remonte probablement au XVIII ème siècle; le bas-côté au vu des piles peut être du XVI ème siècle\".

L´église fut entièrement détruite par les Allemands par dynamitage.

LA NOUVELLE EGLISE

La première pierre fut posée le dimanche 4 mai 1924. La nouvelle église fut bénie le 19 avril 1925. L´édifice est avec une nef de quatre travées flanquée de deux bas-côtés s´ouvrant sur le transept. Le clocher ajouré s´élève au dessus de la croisée du transept.

Le style de l´église et l´emploi du béton a suscité bien des curiosités et commentaires : \"Des églises aux formes ultra-modernes , ... Vermand, déconcertantes à première vue, se sont dressées dans le Vermandois qu´on dirait devenu un autre \"pays de clochers à jour\". œuvres d´artistes, parfois outranciers, souvent audacieux, dont le mérite incontestable est d´avoir voulu avec des matériaux nouveaux, insuffisamment connus peut-être, risquer des tentatives intéressantes et souvent, quoiqu´on en dise, couronnées de succès Ces églises comme les vitraux aux éclats chatoyants qui les illuminent, comme certaines fresques qui les décorent, exigent du recul, recul dans l´espace, recul dans le temps, pour être justement appréciées;\"

Les vitraux sont signés P. Charavel (le baptême du Christ), J. Janin (l´Annonciation, la Sainte Famille, La Vierge apparaissant à Ste Thérèse. 

LES FONTS BAPTISMAUX

Les fonts baptismaux du XIIe siècle viennent de l´abbaye des Prémontrés. Ils sont faits en pierre bleue et sont l´œuvre de l´artisanat religieux de la région de Tournai. \"Le thème traduit par le ciseau de l´artiste est sans conteste celui de la faute originelle effacée par le baptême\". (Jacques Coquelle).

Ces fonts provenant de l´ancienne abbaye furent transférés vers 1684 dans l´église paroissiale Ste Marguerite. Volés par les allemands en 1917, ils furent retrouvés à Maubeuge en 1919 et ne reprirent leur place qu´en 1926.

En 1975-76, la rénovation pour répondre aux changements conciliaires de Vatican II supprime l´autel de béton et de mosaïques et replace l´antique baptistère dans le chœur pour servir d´autel.